Livraison offerte dès 79€90 d'achats avec le code ROSEPOWER !
t.project.antapx.front.menu

La rose ? Non, les roses !


Pas une rose ne ressemble à une autre. 


Même pour les spécialistes, il est parfois délicat se s’y retrouver dans la généalogie complexe, voire épineuse, des roses. Toutefois, deux catégories se distinguent. 




Les roses anciennes, une histoire aux parfums de légendes…

Les roses anciennes constituent le groupe des roses existant depuis au moins 1867. Elles sont caractérisées par leurs grands arbustes aux fleurs simples. Leur floraison unique intervient aux aurores de l’été et suit une fructification très colorée et décorative.  
  
On retrouve ainsi dans cette catégorie les rosiers originaires du Nord de l’Europe, du Moyen-Orient ou de l’Asie. Parmi les européens, les plus connus sont les galliques ou ceux de Damas, qui se distinguent avec leur feuillage clair et rugueux.  
  
Les rosiers de Chine, quant à eux, ont connu un succès au fil du temps grâce à leurs coloris leur floraison remontante, voire continuelle.   

Les roses modernes : chacune a sa particularité

Au cours des siècles, les hybridations continuelles ont donné naissance à une multitude d’espèces, si bien qu’il est difficile de les différencier sur la base de leurs origines : on les classifie alors en fonction de leurs particularités.  
  
Les rosiers buissons à grandes fleurs sont très communs dans les jardins depuis le XXe siècle avec les hybrides de Thé ou à grosses fleurs.  
  
Les rosiers à fleurs groupées, quant à eux, peuvent rassembler, selon les variétés, de quelques roses à plusieurs dizaines, offrant une vraie homogénéité dans les couleurs et l’inflorescence. Les rosiers grimpants et les rosiers lianes appartiennent également à cette modernité, avec leurs longues tiges qui sont généralement directement rattachées à un support.  
  
Enfin, les rosiers « Anglais » sont parmi les plus récents, issus d’un croisement entre rosiers anciens et modernes, obtenu dans les années soixante. Elles ont un parfum puissant, une fleur ronde, et l’aptitude remontante propre aux rosiers modernes.  
  
Pour finir, un peu d’auto satisfaction : saviez-vous que la première variété de rose moderne a été baptisée « La France » ? Cocorico !